Chanson populaire

Sereno Eu Cai

(Traduction « littérale » et approximative – Notes ci-dessous)

Sereno eu cai
Je suis tombé serein

Sereno eu cai
Je suis tombé serein

Eu ralo tanto no cumbuco do balaio / O ralo a tampa no cumbuco do balaio
Je me préoccupe tellement d’un « cumbuco de balaio » (voir notes plus bas)
/ Le drain du couvercle du panier en osier

Quero papai, quero mamãe, quero dindinha/titia
Je veux papa, je veux maman, je veux marraine/tantine

Quero agulha/anel, quero dedo, quero linha
Je veux une aiguille/un anneau, je veux un doigt, je veux du fil

Rapaz o que tenha dinheiro
Jeune homme qui a de l’argent

E a moça quem garante os cabelos
Et jeune fille qui garantit ses cheveux

Cascavel de vareta (*de vereda*)
Serpent (sens littéral) / Traître (sens figuré)

Danado pra bater chocalho
Condamné à sonner la cloche (sens littéral) / à propager les rumeurs (sens figuré)

Papai só roça caminho
Papa seul débroussaille le chemin

Quando é tempo de orvalho
Quand c’est le moment de la rosée (à l’aube)

Aê, Aê, Aê, Aô

(Toque : Angola)

 

NOTES :

Vieille chanson du folklore brésilien, dont l’interprétation ci-dessous est issue du CD de Mestre Pernalonga, « O Que Eu Canto É Sentimento ». D’après un commentaire sur le site CapoeiraSongs, il y a de nombreuses chansons du folklore brésilien et de samba qui font référence à cette chanson. La plus vieille référence à Sereno Eu Caio disponible en ligne date de 1915, la chanteuse Abigail Maia chantant « O Cumbuco e O Balaio ».

De ce fait les paroles ne sont pas simples à comprendre et comme dans les chansons folkloriques il y a souvent des doubles sens et du langage très commun, voici quelques traductions qui peuvent aider à votre compréhension. La version actuelle chantée en capoeira, attribuée à Mestre Gato Preto, est probablement une adaptation inspirée de versions plus traditionnelles et folkloriques.

Cumbuco : boeuf dont les cornes ont les pointes tournées l’une vers l’autre.

Balaio : grand panier en paille; mais aussi, dans le langage commun portugais du Brésil, chose passée de goût, de mauvais goût.

« Andar com chocalho, mexericar, espalhar boatos » = Marcher avec « hochet », commérages, propagation de rumeurs.

Cascavel = serpent / Cascavel de vereda = traître

 

Version de Mestre Pernalonga :

Version Contra-Mestre Bizarro, chez Arte Negra à Bordeaux :
(paroles légèrement différentes)

« O Cumbuco e o Balaio », Abigail Mama, 1915 :

Papai eu quero o chifre, quero o coco
Do balaio e do cumbuco, quero o coco (bis)

Meu pai o sereno eu canto
Saia do tronco do cumbuco e do balaio
A noite é de mais sereno
O dia é de mais orvái (orvalho)

Da morena quero mimo, quero o cheiro
Daquela venda, quero o lucro e o dinheiro (bis)

Meu pai o sereno eu canto
Saia do tronco do cumbuco e do balaio
A noite é de mais sereno
O dia é de mais orvái (orvalho)

Da madama quero a meia quero o pé
Quero tatu, tamanduá, saramandé (bis)

Meu pai o sereno eu canto
Saia do tronco do cumbuco e do balaio
A noite é de mais sereno
O dia é de mais orvái (orvalho)

Papai eu quero o chifre, quero o banco
Do balaio e do cumbuco, quero o banco (bis)

Meu pai o sereno eu canto
Saia do tronco do cumbuco e do balaio
A noite é de mais sereno
O dia é de mais orvái (orvalho)

 

Version de Celeste Leal Borges, 1930 :

(via le blog de Luciano Hortencio)

Et une dernière interprétation contemporaine à la guitare par un chanteur brésilien actuel, Joaci Ornelas :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + dix-neuf =

*Retapez correctement le code anti-spam