Quadra

Eu Vim Lá Da Bahia Par Lhe Vêr

Vim lá da Bahia pra lhe ver
Je suis venu de Bahia pour la/vous voir
Vim lá da Bahia pra lhe ver
Je suis venu de Bahia pour la voir
Vim lá da Bahia pra lhe ver
Je suis venu de Bahia pour la voir
Pra lhe ver pra lhe ver
Je suis venu de Bahia pour la voir
Pra lhe ver pra lhe ver eu vim
Je suis venu pour vous voir je suis venu
(Coro)

Tava lá no alto da ribeira
J’étais là sur les hauteurs de la rivière
Na Bahia que é terra de muito axé
A Bahia qui est une terre de beaucoup d’axé
Minha mae é uma grande lavadeira
Ma mère est une excellente lavandière
O meu pai nos aprender na colheta do café eu vim
Mon père nous enseigne la cueillette du café, je suis venu

Coro

Chegada ao Rio de Janeiro
Arrivée à Rio de Janeiro
Terra com clima genial
Une terre avec une atmosphère géniale
Trosso de lembrança pra você um atabaque
Un paquet de souvenirs pour vous un atabaque
E um pandeiro e tambem trosso um berimbau eu vim
Et un pandeiro et aussi un berimbau, je suis venu

Coro

Para na Bahia da Guanabara
De Bahia à Guanabara
De frente para o Cristo redentor
Face au Christ Rédempteur
Me dei fome eu come o Pao de açucar
J’ai eu faim j’ai mangé du Pain de sucre
Foi pra Barra da Tijuca só pra ver o meu amor eu vim
Je suis allé à Barra de Tijuca juste pour voir mon amour, je suis venu

Coro

Pra lhe ver, pra lhe ver, pra lhe ver, pra lhe ver, pra lhe ver
Pra lhe ver, pra lhe ver, pra lhe ver, pra lhe ver, pra lhe ver…

 

(Toque : São Bento Grande de Angola)

(source paroles : Capoeira Me Leva Nanterre)

 

NOTES :

La baie de Guanabara est la baie de Rio de Janeiro. Elle fut découverte par une expédition portugaise le 1er janvier 1502. Les explorateurs, la confondant avec l’embouchure d’un grand fleuve, la nommèrent Rio de Janeiro (« Fleuve de Janvier »). Les indigènes qui l’habitaient, eux, la nommaient en tupi-guarani, Iguaá-Mbara (de iguaá = anse de fleuve, et mbará = mer). (source : Wikipédia)

Guanabara Bay

Barra da Tijuca est la plus grande plage de Rio de Janeiro.

Barra Da Tijuca

C’est aussi le quartier le plus récent de la ville, qui a récemment abrité le village olympique lors des Jeux Olympiques de 2016.

Considéré comme le « Miami » de Rio de Janeiro, Barra da Tijuca est pour certains un « ghetto de riches sans conscience ni culture », selon l’article que lui a consacré le Monde à l’occasion des JO et qui est intéressant à lire pour voir comment se manifeste dans l’urbanisme moderne de Rio l’accroissement des inégalités et l’enfermement des blancs aisés dans des co-propriétés autonomes et isolées de l’extérieur à l’américaine, pour se protéger de la violence des favelas …

Barra da Tijuca - Supermarché

 

 

Autre version ci-dessous, autres paroles :

Eu vim lá da Bahia pra lhe ver (x3)
Pra lhe ver (x4)
(Coro)

Mundo de Deus é grande
Cabe numa mão fechada
O pouco com Deus é muito
Mas muito sem Deus é nada

Cachorro que engole osso
Em alguma coisa se fia
Ou na goela o na garganta
Ou em outra travessia

Mas se quiser saber meu nome
Ponha seu navio no mar
Eu também sou marinheiro
Também quero velejar

Pra lhe ver (x2)
Eu vim lá da Bahia pra lhe ver

Coro:
Pra lhe ver (x2)
Eu vim lá da Bahia pra lhe ver

Mas eu vim
Coro: Pra lhe ver (x2)
Eu vim da Bahia
Coro: Pra lhe ver (x2)
De sao Salvador
Coro: Pra lhe ver (x2)
Eu vim
Coro: Pra lhe ver (x2)

Interpréation de Contra-Mestre Cenorinha (album Movimento Novo) :

Pour apprendre cette dernière version, une vidéo pédagogique du Michigan Center for Capoeira :

Une version israélienne avec quelques variations musicales préalables imprégnées de rythmes locaux :

Et une version féminine slovène :

Le blog d’Instrutora Ursa (en anglais, et plus mis à jour depuis 2013) est intéressant à découvrir, notamment pour les femmes en capoeira, car elle y parle de son parcours de capoeiriste.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + dix-huit =

*Retapez correctement le code anti-spam