Ladainha

Eu Já Vivo Enjoado

Iê !
Eu já vivo enjoado
Je suis déjà malade/nauséeux

De viver aqui na terra
De vivre sur cette terre

Oh mamae eu vou pra lua
Oh maman je vais à la lune

Falei com minha mulher
J’en ai parlé à ma femme

Ela então me respondeu
Elle a ensuite répondu

Nos vamos se Deus quiser
Nous irons si Dieu le veut

Vamos fazer um ranchinho
Nous ferons un petit ranch

Todo cheio/feito de sapé
Tout en chaume

Amanha as sete horas
Le matin à 7 heures

Nos vamos tomar cafe,
Nous prendrons le café

Eu que nunca acreditei,
Je n’ai jamais cru

Não posso me conformar,
Je ne peux pas me résigner

Que a lua venha a terra,
Que la lune vienne à la terre

Que a terra venha a luar,
Que la terre éclaire comme la lune

Tudo isso é conversa,
Tout cela est conversation

Pra comer sem trabalhar,
Pour manger sans travailler

O senhor amigo meu,
O seigneur/monsieur mon ami

Escute/Veja bem o meu cantar,
Ecoute/Vois bien mon chant

Quem é dono não ciuma,
Qui possède n’envie pas

Quem não é quer ciumar
Qui ne possède pas envie

Louvaçao version de Mestre Pastinha :

Iê galo canto
Le coq chante
Coro : Iê, galo canto, camarà
Iê, le coq chante, camarade

Iê cocoroco
Coro : Iê, cocoroco, camarà

Iê menino ê bom
Iê l’enfant est bon
Coro : Iê, menino ê bom, camarà

Iê sabe jogar
Iê vous savez jouer
Coro : Iê, sabe jogar, camarà

Iê capoeira
Coro : Iê, capoeira, camará

Louvaçao version de Carolina Soares :

É hora é hora
C’est l’heure, c’est l’heure
Coro : Iê, é hora é hora, camará

Iê vamos embora
Allons-y
Coro : Iê, vamos embora, camará

Pela barra fora
Par-dessus bord
Coro : Iê, pela barra fora, camará

Iê viva meu Deus
Iê vive mon Dieu
Coro : Iê, viva meu Deus, camará

Iê viva meu Mestre
Iê vive mon Maître
Coro : Iê, viva meu Mestre, camará

Iê quem me ensinou
Iê qui m’a enseigné
Coro : Iê, quem me ensinou, camará

Iê da volta mundo
Iê le monde tourne
Coro : Iê, da volta mundo, camará

Iê que eu mundo deu
Iê ce que j’ai donné au monde
Coro : Iê, que eu mundo deu, camará

Iê que eu mundo da
Iê ce que le monde m’a donné
Coro : Iê, que eu mundo da, camará

(Toque : Angola)

 

NOTES :

Je n’ai pas trouvé d’histoire particulière associée à cette chanson. La version enregistrée la plus ancienne semble être celle de Mestre Pastinha, chantée en « litanie », tout à fait dans l’esprit des ladainhas de capoeira qui initient les rodas d’angola. Certaines versions plus récentes sont chantées de manière plus mélodieuse, ce qui peut être agréable à l’oreille mais correspond moins à l’esprit d’une ladainha d’angola. J’ai choisi les 3 versions ci-dessous car on voit presque l’évolution de l’interprétation entre celle de Mestre Pastinha, celle de João Pequeno plus mélodieuse et celle de Carolina Soares qui accentue spécifiquement ce côté.

Le corps du texte est quasi inchangé à part quelques mots, c’est la dernière partie, le « louvaçao » (les louanges, où le choeur commence à répondre au soliste) qui varie entre les différentes interprétations.

Version de Mestre Pastinha :

Version de João Pequeno de Pastinha :

Version de Carolina Soares :

Dans un autre style, Caetano Veloso fait référence à la capoeira, à Mestre Pastinha et à cette chanson précisément dans sa chanson « Triste Bahia » :

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − deux =

*Retapez correctement le code anti-spam